Des racines levées verts le ciel, comme pour dire pardon à la vanité dont ils font le sujet dans les contes et légendes malgaches. Ils sont parfois considérés comme le berceau de la sagesse ou encore symbole de la réincarnation et de la vie éternelle. Ils sont pour la plupart, très spectaculaire de par leur taille et la force qu’ils imposent face aux intempéries et chaleur accablante de régions chaudes du globe. Ce sont des arbres qui émergent de la savane, résistent à des chaleurs intenses, peuvent vivre très vieux et mesurer 40 mètres de haut.

Ces arbres sont communément appelées « baobab », ou parfois arbre bouteille. Les fruits, les « akoussa », ou pain de singe, ont des usages alimentaires ou cosmétiques variés selon les régions du monde. Il en existe en Australie, en Afrique et à Madagascar où ils sont considérés comme symbole national. D’ailleurs c’est dans ce pays qu’on retrouve la plus grande variété d’espèce qui en compte 9 au total ; A Madagascar, on en recense 6 espèces endémiques et une espèce commune avec l’Afrique sinon la dernière espèce se trouve en Australie.

À Madagascar, on le nomme Renala ou Reniala, ce qui signifie « mère de la forêt ».

Les baobabs sont des arbres tropicaux adaptés à la survie des environnements possédant une saison humide très pluvieuse et une saison sèche très aride : ils perdent leurs feuilles en saison sèche et stockent de grandes quantités d’eau dans leur tronc, qui prend souvent une allure de bouteille voire dans certains cas de ballon de baudruche. Ils atteignent en moyenne une trentaine de mètres de haut (parfois 40 m) et environ 7 m de diamètre de tronc, mais parfois plus de 10 m, le plus grand baobab connu est celui d’Afrique du sud nommé le « Sunland Tree » qui mesure près de 34 mètres de circonférence. A Madagascar le plus grand est le « Tsitakakoike » et mesure près de 28 mètres de circonférence.

Le bois des baobabs, spongieux et friable, n’a quasiment aucune utilité (les marins ont parfois fait de mauvais cordages de remplacements à partir de l’écorce), ce qui a permis à de nombreux individus de traverser les siècles sans être trop inquiétés par l’exploitation humaine – les fruits (et parfois les feuilles) sont en revanche consommés par de nombreuses populations. Leur taille imposante et leur longévité leur ont valu d’être considérés dans plusieurs cultures comme des arbres sacrés. A Madagascar, si vous longez les pistes de l’ Ouest et même du Sud, vous en verrez surement un, très reconnaissable à toutes ces pièces d’étoffes rouges et blanches dont ils sont drapés. Ils sont considérés comme des témoins séculaires de la civilisation humaine. On leur prête aussi des pouvoirs surnaturels.

Les espèces de baobab dans le monde :

Adansonia digitata L. — baobab africain ou baobab digité.
Adansonia kilima Pettigrew récemment suggéré comme appartenant à l’espèce Digitata.
Adansonia grandidieri Baill. — baobab de Grandidier
Adansonia gibbosa ou syn gregorii — baobab australien
Adansonia madagascariensis Baill. — baobab de Madagascar.
Adansonia perrieri Capuron — baobab de Perrier
Adansonia rubrostipa – Baobab du sud Ouest Malgache
Adansonia suarezensis H.Perrier — baobab de Suarez
Adansonia za. — baobab za ou Baobab bouteille.