La saison hivernale vient de commencer sur la grande île et vient avec cette fraîcheur, les jeux en tout genre. De toutes les traditions ludiques de la grande île, le cerf-volant figure parmi les plus emblématiques de l’hiver.

Ce jeu traditionnel des hautes terres viendrait des lointains ancêtres indonésiens, d’ailleurs, ce jeu a vu le jour en Indonésie et date de plus de 5000 ans avant J.C. On croyait toujours que cette tradition venait de la Chine mais des peintures rupestres découvertes dans les îles Célèbes.

Si à travers le monde , ce jeu a revêtu plein de rôle, à Madagascar, c’est resté un jeu  pratiqué généralement par les petits. Son nom local: le « papango » (lire « papang ») viendrait à l’origine de sa forme anthropomorphe qui veut dire : grand-père ou père en ancien formosan. la forme n’a guère changé à travers les générations de malgaches des hautes terres. Toujours ce corps central, imitant le corps d’un homme et les membres simulé ici par des longues franges de matières.

Fait de papier à ses origines, le papango relate actuellement la débrouillardise des enfants malgaches. Maintenant, on recycle le plastique pour le corps et du fil de jute venant des toiles de sac.

En hiver austral, il souffle un vent frais venant de l’est qui envoûte les enfants à construire leur « papango ». On se défie, à qui montera le plus haut ou lequel sera le plus beau. Que de joie!

Personnellement, je me souviens, quand j’étais petit, passer de longs moments à admirer ces bonhommes voler dans le ciel bleu de l’hiver.