En dehors de l’Asie, Madagascar a la plus longue histoire de production de riz. Les systèmes de production de riz dans les zones humides sont bien développés et on trouve fréquemment des rizières en terrasses le long des routes entre Antananarivo et Fianarantsoa.
La riziculture est présente dans presque tous les districts du pays. La principale saison de riz dans la région des hauts plateaux s’étend d’octobre à mai. À Hosy, sur la côte est de Madagascar, la saison de la culture du riz irrigué va de juin à novembre, tandis que sur la côte ouest, la culture du riz va d’avril à octobre. Les cultures de Vatomandry et d’Asara durent d’octobre à mai, tandis que la culture d’Atriary, dans les plaines et les zones moyennement inondées, dure de janvier à juillet.
Durant l’hiver austral, les agriculteurs n’ont pas d’activités causées par cette saisonnalité. Ils exercent donc d’autres activités comme la fabrication de briques. Tout autour des grandes villes comme à Antananarivo, la capitale, cette activité est très importante car elle est l’une des plus créatrices d’emplois pendant la saison sèche.
Des variétés améliorées d’indica, de japonica et de japonica tropical ont récemment été mises en culture. Cependant, le rendement du riz a stagné au cours des 20 dernières années en raison de l’utilisation limitée d’engrais.
Le riz est l’aliment de base des habitants de Madagascar. En 2000, la consommation de riz par habitant était de 140 kg de riz brun par personne et par an. De nombreuses familles mangent du riz trois fois par jour, et la plupart du riz est cultivé sur place. Dans certaines régions, le Ranonapango – une boisson à base de riz grillé – est réservé aux grandes occasions.

close

Envie de poursuivre votre voyage toute l'année?

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées voyages insolites directement dans votre boite mail!

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.