Dès que vous arrivez sur Madagascar, il vous vient en tête de savoir : quels sont les moyens de locomotion les plus typiques dans cette île lointaine. De prime abord, si vous débarquez de l’aéroport de la capitale, rien ne laisse présager de tels moyens que lorsque vous vous immiscez dans les petits quartiers de la ville des milles.
De bons matins, vous verrez encore les dernières charrettes à cheval et sinon à part les centaines de charrettes à bras qui aident à transporter les marchandises vers les marchés, vous verrez la présence de ces petits véhicules tirés par des hommes. Ils sont généralement bondés de marchandises mais à l’origine, ils servaient à transporter les dignitaires et les nobles de la capitale.
Avec la venue des missionnaires européens sur l’île, on vit l’apparition de moyen de transport assez unique pour l’époque. Et si les nobles de la capitale utilisaient la chaise à porteurs pour se mouvoir d’un lieu à un autre, ce mode de transport vit une transformation à la venue des missionnaires car, pour faciliter le transport et réduire le nombre de personnes destinées à soulever ces lourds brancards, ils ont simplement décidé de fixer une roue unique en position centrale. Mais malgré que  ce nouveau véhicule était, certes, moins lourd et nécessitait moins de personnes, devenait difficile à manœuvrer. C’est alors qu’ils ont pensé à adapter le même système que les rickshaw indien et chinois qui étaient, d’ailleurs, déjà implantés sur la côte est de l’île mais ne s’étaient pas disséminés sur les hauteurs.
On a donc, créé le pousse-pousse. Ce véhicule qui ressemblait beaucoup aux rickshaw mais d’une taille plus modeste et qui pouvait se mouvoir assez aisément dans les ruelles de la capitale durant la fin du 19ème siècle jusqu’à, encore, aujourd’hui.
Son nom ne vient pas de la chaise à porteurs malgré qu’il l’ait comme origine mais vient simplement du fait que dans les ruelles Tananariviennes, le passager, généralement, missionnaires étrangers, disaient à celui qui devait aider de pousser dans les montées : push, push ! Et de là vient ce fameux mot encore utilisé jusqu’à nos jours : Pousse-pousse qui est donc le rejeton de deux moyens de locomotion anciens, le « filanzane » ou chaise à porteur et le rickshaw.

close

Envie de poursuivre votre voyage toute l'année?

Recevez deux fois par mois nos bons plans et idées voyages insolites directement dans votre boite mail!

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.